THERAPHOSA

Le trio nous parle de la construction de ce premier EP

 

1 / Peux tu nous présenter le groupe et ses membres ?

Hello !
Nous sommes Theraphosa, Vincent à la guitare et au chant lead, Matthieu à la basse et aux choeurs et Martin à la batterie.
Techniquement deux frères par le sang mais trois par le sang versé, et nous tenons à le souligner, car au final, c’est dans l’osmose qui règne entre nous que
réside notre force et notre fierté.

 

2 / Bien que vous soyez une fratrie, quelles sont vos influences respectives ?

Nous avons à nous trois des influences très diverses.

Vincent est depuis toujours un passionné de metal, cependant, ce n’est pas une limite, ses influences vont de Gorgoroth à Meshuggah en passant par la
musique romantique de Beethoven et Chopin. Dans un contexte plus électronique, Il aime aussi beaucoup Gesaffelstein, par sa capacité à proposer des morceaux sombres et lancinants, choses que l’on retrouve finalement dans le Metal.
Matthieu est certainement le plus polyvalent d’entre nous, qu’il s’agisse de Metal, de Funk, de Classique ou de Variété Française. De Static-X à Whitney Houston ou encore Lara Fabian, il recherche avant tout le groove et la puissance émotionnelle dans la musique.
Martin est un peu l’éclaireur, il n’est pas rare qu’il nous fasse découvrir des morceaux qui s’éloignent de notre sphère musicale principale. Il peut tout à fait passer du Death Metal de Gojira à la Dubstep d’Excision au Hip-Hop de Childish Gambino.

 

3 / Comment avez vous procédé pour l’écriture de l’album ? Travaillez vous chacun dans votre coin ? Les morceaux sont ils issus de répétitions ?

La méthode d’écriture pour cet EP ne diffère pas de celle que nous avons toujours utiliser depuis les débuts du groupe.
En général, Vincent enregistre ses idées sous forme de démos, qui deviennent ou non des morceaux. Chaque idée est soumise à tous les membres du groupe et chacun est libre de donner son avis sur la direction à prendre pour tel ou tel morceau ou sur les éventuels changements à apporter. Une fois que les démos sont finalisées, le groupe travaille ensemble sur chaque morceau pendant les répétitions. Il peut alors s’ensuivre des modifications que l’on sent nécéssaires lorsque le morceau prend réellement vie en répétition.

 

4 / Peux tu nous parler de son enregistrement ? Avec qui avez vous travaillé dans le domaine du mixage et de la production ?

Nous avons eu la chance de pouvoir enregistrer cet EP au Studio Moon Unit à Helsinki avec Jan Rechberger d’Amorphis.
Il a travaillé sur l’enregistrement et le mixage des cinq titres de l’EP et il était intéressant d’avoir un regard extérieur sur notre musique et ce qu’elle peut susciter chez l’auditeur.
Le mastering a été confié à Mika Jussila aux Studios Finnvox qui était vraiment la personne adéquate dans ce domaine de part sa grande expérience et son savoir-faire.
Nous avons donc été bien entourés lors de cette étape de production et c’était pour nous un réel plaisir d’avoir pu échanger nos idées avec nos collègues Finlandais.

 

5 / Est ce évident et simple d’être dans un univers familial? Comment appréhendez vous les désaccords?

Pour nous, être dans un univers familial ne comporte que des avantages. Nous avons toujours été ensemble, que ce soit dans le contexte de la musique ou autre.
De fait, nous n’avons de pas de secrets les uns pour les autres et il en résulte une espèce d’alchimie parfaite, une osmose absolue qui fait que nous n’avons pas besoin de nous parler pour savoir ce qui se trame dans l’esprit de l’autre, il nous suffit de croiser nos regards pour savoir de quoi il en retourne.
En conséquence, il y a très peu de désaccords, et si il y en a, nous avons pour habitude de toujours tout nous dire pour qu’aucun sentiment de frustration n’ait le temps de s’installer et de croitre en chacun de nous.

 

6 / Les arbitrages se règlent ils autour de la table ?

Nous fonctionnons de manière très simple, soit tout le monde est d’accord, soit on ne fait pas.

 

7 / Votre univers se tourne vers une certaine araignée, peux tu nous en dire plus à ce sujet ? Etes vous dans une forme de passion ou de phobie ?

L’araignée est véritablement une passion mais aussi un symbole.
Très jeune déjà, Vincent a toujours été fasciné par ces créatures et cette fascination s’est transmise à tous les membres du groupe. Elles sont visuellement agressives, mais c’est une magnifique agressivité, de la même manière que l’on peut apprécier l’esthétisme d’une scène d’extrême violence dans un film lorsqu’elle est bien réalisée. Elles sont en bien des points supérieures à l’être humain notamment par leurs capacités sensorielles hors du commun et sont fortes d’une capacité de survie et d’adaptation incroyable, on les retrouve aussi bien sous l’eau que dans les montagnes les plus hautes du monde.
Enfin, toutes les représentations où l’on retrouve l’araignée, que ce soit dans des textes sacrés ou dans un contexte plus mythologique sont pour nous une véritable source d’enseignements.
En tout cela, l’araignée a toujours été pour le groupe un symbole de force, de courage et de détermination et elle suscite chez nous le plus grand des respects malgré le peu d’adeptes dont elle dispose.

 

8 / Musicalement il transpire une tendance thrash agrémentée d’atmosphères doom et planante Est ce des influences assumées ?

Lorsque nous concevons les morceaux, nous ne réfléchissons pas en terme de genre et allons dans la direction que le morceau nous inspire. Cependant, il est évident qu’il y réside des influences, notamment Thrash et Doom, mais aussi Black, Death, Classique. Ceci n’est pas exclusif. Nous cherchons avant tous une ambiance précise, un sentiment ciblé, et nous essayons de trouver la méthode d’écriture la plus adaptée pour y parvenir, qu’il soit question d’utiliser des techniques que l’on retrouve fréquemment dans tel ou tel genre musical ou non. Il n’y a aucune limite tant que l’objectif final est atteint.
Il s’agit donc d’influences assumées mais pas revendiquées.

 

9 / Avez vous des projets scéniques dans les mois à venir ?

Nous nous concentrons pour l’instant sur la sortie de notre premier EP mais nous espérons pouvoir présenter notre travail sur scène dès que possible !

 

10 / Par quel morceau doit-on découvrir Theraphosa ?

The God Within.