MONSTER TRUCK – True Rockers

Hard Rock – Etats Unis (Replica Promotion)

 

Quelle belle déclaration, pouvant se révéler périlleuse ! Etre un vrai rocker n’est pas simple et il convient de le démontrer. Le quatuor canadien s’engage dans cette confirmation dès le premier titre éponyme de ce troisième album.

Pas besoin de plus de mots qu’il ne le faut pour partir dans du headbanging, du air guitar et du pied battant la mesure. Les compositions sont menées dans une ambiance survitaminée aux sons de guitares punchy, dans des rythmes effrénés, dans des nappes d’orgue Hammond ensorceleuses. Les vocaux et surtout les refrains ne demandent qu’à être repris en choeurs et devraient faire un carton en live. Car c’est bien ce qui transpire de cet ouvrage véritablement taillé pour la scène.

Bien que musicalement, le groupe lorgne vers une approche rock 70’s traditionnelle, l’ensemble est efficace et semble contemporain. Parmi cet engouement, cette folie prégnante, les musiciens s’écartent par instant de ce groove par un tempo plus modéré et tout autant attirant, « Evolution » s’inspire des courants actuels comme le puissant et captivant, « Young City Hearts ». Le rock provient du blues tout comme « Devil Don’t Care » et ses accents sudistes ne peut nous laisser en place. Pour calmer le jeu et faire un peu de charmes, « Undone » pratique la balade bluesy avec un certain romantisme. Il n’y a que de bons morceaux tout au long de ce nouvel ouvrage, que l’on soit véhiculé par un courant rock, hard ou heavy.

Doté d’une production dynamique, d’un groove persistant et constant, ce nouvel album de Monster Truck confirme que les musiciens restent encore jeunes, libres et sauvages comme le revendique le refrain de « Young City Hearts ». Un opus intéressant, pouvant conduire la formation vers un avenir prometteur.

 

Titres :

01. True Rocker (feat. Dee Snider) – 02. Thundertruck – 03. Evolution – 04. Devil Don’t Care – 05. Being Cool Is Over – 06. Young City Hearts – 07. Undone – 08. In My Own World – 09. Denim Danger – 10. Hurricane – 11. The Howlin’