2020-02-25 : LEPROUS – KLONE – MARATON

Cette affiche faisant honneur au monde progressif, rappelle par les origines des trois formations une finale de coupe d’Europe de football. Un certain France – Norvège… La comparaison en reste là car il s’est agi de musique uniquement. Après que certains fidèles soient restés de nombreuses heures devant les portes de la salle, le terrain de jeu est investi par Maraton.

Le quintet officie dans un registre pop progressif parfaitement en adéquation avec le thème de la soirée. Des titres offrants un mélange de riffs énergiques, de mélodies, de dynamismes, de changements de tempi. Les musiciens apprécient l’instant et livrent des visages radieux, tout au long du set. Fredrick Bergersen Klemp (chant) propose des lignes vocales harmonieuses, adaptant la vigueur de son propos à l’intensité des morceaux. Le frontman animé n’hésite pas à entrer en relation avec le public massif ou à gagner la fosse pour un bain de foule. Maraton a chauffé une salle garnie et débordante avec mérite. Ce groupe prometteur fera surement sans tarder parler de lui.

Habitués de la salle, les membres de Klone reviennent après un passage pour sa release party, fin 2019. Fidèle à sa réputation, le groupe met tout le monde à sa cause dès les premières notes. Les compositions sont parfaitement interprétées, le feeling entre les musiciens est à son point culminant. Klone est à son aise. Une assurance qu’il convient ne faut pas confondre avec de l’économie. En effet, le quintet ne sait pas jouer en roue libre, investit par la scène, par ses compositions, il livre un excellent set épaulé par un son parfait. Préférant des lights sombres, ces derniers collent à l’esprit massif des morceaux. Peu communicatif, la formation laisse parler les notes et les riffs pour proposer au public un maximum de titres. La communion se fait par ces ambiances et atmosphères musicales, par ces thèmes appréciés et attachants.

Ils sont venus nombreux et sont impatients de savourer la musique de Leprous. Une soirée permettant d’apprécier le groupe dans une certaine intimité, de pouvoir presque toucher les membres séparés d’à peine deux mètres du public. Cette sensation est mêlée et amplifiée par une atmosphère riche et intense, par des plateaux lumineux somptueux, par une production excellente. Tous les ingrédients sont réunis pour réaliser un instant magique, les membres contribuent à la réussite de cette soirée. En effet, ces derniers viennent communier avec la fosse au plus prêt possible, Einar Solberg plaisante avec le public et répond même à la demande d’un fidèle en jouant aux claviers quelques notes de « SMS ». Sans faire étalage de leurs qualités techniques, les musiciens maitrisent leurs sujets, s’invitant à changer d’instruments selon les besoins des morceaux. Les deux guitaristes, Tor Oddmund Suhrke et Øystein Landsverk, se complètent malgré leur style et posture différentes sans se superposer, sans se faire de l’ombre. Ils sont servis par une section rythmique solide et précise. Il n’y a pas d’erreurs dans cette prestation, tout est en place, calé. Les musiciens sont en harmonies, mettant toutes les doses utiles et suffisantes pour offrir une recette parfaite. Lorsque les lumières reviennent prendre possession de la salle, tous arborent de larges sourires, révélant de belles émotions.

 

Merci à l’Empreinte pour l’accréditation.

 

MARATON

 

KLONE

 

 

LEPROUS