2018-09-14 : L.A. GUNS / JARED JAMES NICHOLS / STONE TRIGGER

Quand le glam rock des 80’s investi la salle de Savigny le temple… Une salle qui s’annonce relativement garnie pour une ambiance riche en guitares.

Pour entamer cette série, les irlandais de Stone Trigger ont la lourde tâche de faire monter l’assistance en pression avant la venue des américains. C’est avec une aisance et une audace, ne montrant aucune fébrilité que les musiciens livrent un set plaisant. Pratiquant un hard rock retenant rapidement les esprits et les oreilles. Dévoilant une prestation dynamique, la formation sait sa faire attachante. Sans en faire des tonnes, le groupe sait mettre le feu aux planches, sa musique remet au gout du jour un hard traditionnel toujours aussi agréable. Une musique qui exprime aussi ses origines.

Une découverte intéressante.

Le trio américain ne fait pas dans la dentelle, enfin dans l’à-peu-près. Jared James Nichols et ses compères manient les instruments avec une certaine facilité et une maitrise confirmée. Le rock bluesy pratiqué est riche en intensité et en densité. Le guitariste jouant exclusivement aux doigts ne souffrent pas de manque de vélocité, de rapidité dans les moments rapides. Son touché est excellent, sa prestation dynamique ne l’empêche pas d’être dans les clous. Sur le devant de la scène en sa compagnie, le grand Gregg Cash (basse) l’est autant par sa taille que par son jeu. Le musicien envoie du lourd et malmène sa basse pour le bonheur de nos yeux et nos esgourdes. En arrière, Dennis Holm (batterie) tient le cap sans failles avec une qualité technique en phase avec ses collègues de jeu.

Une prestation excellente, des morceaux plaisants, des musiciens talentueux… que demander de plus à ce special guest

Ils sont venus pour LA Guns, nombreux attendent la formation… Tracii et ses compères ne font pas faire défaut à cette attente. Le groupe est vite dans l’ambiance et se lance dès les premières notes dans une prestation parfaitement rodée, laissant une sensation naturelle. Certes les projecteurs et les yeux sont plus orientés vers le guitariste, puis vers Phil Lewis (chant) mais un peu plus en retrait les autres musiciens ne déméritent pas. Les titres défilent, la formation développe son hair metal n’ayant pas perdu en fraicheur. Tracii confirme son admiration à un certain Jimmy Page, il adopte des attitudes et artifices propres à son modèle. Le guitariste confirme qu’il a souvent été mésestimé, sa technique et son jeu est de qualité. Il sait aussi bien travailler de la main droite que de parcourir le manche. Ses compères manient eux aussi les instruments sans difficultés, avec une qualité indéniable. Phil Lewis assure ses parties vocales parfaitement et sait mettre l’ambiance entre les morceaux. Le frontman prend du plaisir et le montre en jouant avec le public, en filmant le set à l’aide d’un téléphone emprunté dans l’assistance… Ils sont venus pour donner du plaisir… ils ont réussi.

Vous l’aurez compris, l’Empreinte a reçu trois belles formations pour une première soirée metal débutant la reprise des débats. La proximité avec les groupes contribuent à ces grands moments.

 

Une soirée organisée par K Productions et l’Empreinte.

 

STONE TRIGGER

 

JARED JAMES NICHOLS

 

L.A. GUNS