KADINJA

La chronique de l’album sera publiée en début d’année. Pour vous faire patienter, laissons la parole à Morgan

1 / La sortie de votre second album arrive, quel retour portes tu sur « Ascendancy » ?

Morgan : Nous sommes très fiers de ce que nous a apporté Ascendancy, on pense qu’on aurait pu défendre l’album beaucoup plus, niveau promotion, en live, etc. mais peu importe ça nous a amené là où on est aujourd’hui et on est plutôt content du chemin parcouru et de la tournure que prennent les choses. Ascendancy restera un album spécial pour nous dans le sens où il marque vraiment le début de cette aventure.

2 / Comment en vient-on à signer chez Arising Empire?

Morgan : Bonne question… un peu travail, un peu de bons contacts dont notre manager Allemand John Giulio Sprich (The Euroblast Collective) qui a fait le pont entre eux et nous, un peu de chance… toujours pareil. Nous sommes super contents de travailler avec l’équipe d’Arising Empire et Nuclear Blast, je ne vais pas te cacher que quand tu reçois les premiers mails de Nuclear pour te dire que l’équipe est vraiment ultra motivée de bosser sur Kadinja, les premières notifs FB et Insta, etc. ça fait plaisir. D’autant plus que l’album est terminé depuis 8 mois maintenant et 5 mois en arrière on se voyait ressortir un album par nos propres moyens comme pour Ascendancy. En 6 mois beaucoup de choses ont changé et on est honorés de travailler avec ce label, et on en mesure notre chance.

3 / « Super 90’ » par son esprit djent, mais aussi jazzy et prog, est bien loin des univers de cette période, quelles sont vos relations avec le domaine musical 90’s ?

Morgan : On avait quasi tous en 12 et 16 ans fin 90, on a vu le Neo Metal grandir, on a passé des soirées devant MTV, on a, pour nous, connu l’âge d’or du Metal. C’est discutable mais parle d’âge d’or par le côté nouveau, et pas la médiatisation de ce genre à cette époque. Nos relations tiennent de
la nostalgie, une profonde adoration pour cette période, une certaine tristesse quand on voit comme les groupes rames de nos jours, alors que le niveau global a considérablement augmenté, que tous les ans sortent encore des perles… c’est compliqué. Après j’imagine que quelqu’un qui écoutait du rock des années 80 pourrait avoir la même nostalgie, et comme nous, écoutera ses groupes préférés jusqu’à la mort. On pense juste qu’il y a vraiment eu quelque chose de spéciale, une accélération des choses dans ces années. Kadinja c’est du Metal, c’est du djent, mais chaque musicien de ce groupe a un bagage conséquent des différents styles, certaines sont fans de Jazz, d’autres de Funk, de Hip Hop, de classique, de musiques du mondes, etc. On n’invente rien, mais forcément ça se ressent dans l’écriture
et dans le jeu.

4 / Comment s’est organisé le travail de composition ?

Morgan : Relativement simplement sur cet album contrairement au précédent. Pierre Danel compose 99% de la musique de Kadinja. Nous validons tous ou modifions certaines choses ; nous avons eu une équipe de deux personnes sur les lyrics à savoir Steve (Basse) et Phil (Chant), une équipe pour les compo des lignes de chant (Pierre et moi). Ça nous permis de travailler très vite, et plutôt efficacement je crois.

5 / L’album est doté d’une production mettant parfaitement en valeur vos morceaux, peux-tu nous en dire plus dans ce domaine ?

Morgan : Nous avons fait appel à notre ami et ingénieur du son live Chris Edrich (ingénieur du son live pour Leprous, The Ocean, etc.) qui vient de cette même époque, qui aime les mêmes groupes que nous, et qui est, je crois, encore plus désireux de voir revenir des productions plus naturelles, plus organiques. Travail extrêmement facile avec lui, grâce à lui nous avons rencontré Pierrick Noël pour le mastering qui a fait un boulot formidable sur l’album, en tout analogique, et qui a également vite cerné le projet.

6 / Intenses et complexes, vos compositions sont-elles restituées à l’identique ou adaptées en version live ?

Morgan : Alors le but est bien évidemment de les restituer le plus fidèlement possible mais comme tu l’as dit, c’est complexe donc on fait de notre mieux haha. Elles sont parfois modifiées pour apporter quelque chose de nouveau mais ça ne simplifie jamais rien. Je pense que le Metal, et ce style en particulier qui a tendance à offrir des productions extrêmement propres, traitées, éditées, n’a de sens que si c’est bien joué sur scène, donc nous mettons un point d’honneur à jouer ces morceaux le plus correctement possible en live.

7 / Quelle est l’actualité du groupe dans l’immédiat ?

Morgan : Sortie de l’album le 18 Janvier en même temps qu’un troisième clip. Nous avons beaucoup de proposition de tournées, pour l’instant on s’est calé une tournée Chine/Japon pour mi-février, le reste je ne peux pas trop me prononcer on est en train de dealer pas mal de choses, nous avons des shows acoustiques ce qui implique de réarranger les morceaux, des masterclass… un paquet de trucs, beaucoup de boulot.

8 / Quels sont les arguments « commerciaux » que Kadinja pourrait utiliser pour inviter les lecteurs à découvrir votre musique ?

Morgan : Pour les fans de Metal, de groove, et des années 90.