DEMONHEAD – Black Devil Lies

 Metal – Australie (Fastball Music)

 

https://www.facebook.com/demonheadband/

 

Formé en 2007 à Melbourne, Australie, le groupe a évolué dans un premier temps dans un registre punk crossover pour s’orienté par la suite vers des atmosphères metal et thrash. Ayant édité un premier EP, « Demonology 101 » en 2010 et un album, « Bring on the Doom » en 2015, ce nouvel opus arrive 5 ans après son prédécesseur. En adéquation avec les registres cités prédédemment, « Black Devil Lies » propose des compositions lourds et puissantes. Les guitares viennent déposer des riffs acérés et accrocheurs, les rythmiques sont imposantes et dynamiques. Ce metal nous inspire des tonalités proches de Pantera, par ce groove et cette intensités. Toutefois, le quartette n’est pas un simple copie du groupe, il se distingue par des évasions vers des tonalités sudistes, par l’adoption de tempi modérés, par l’adhésion à des unvivers planants. Les musiciens ne sont pas restreints à un thrash old school, ils varient les sonorités et les assemblent avec bienveillance. Ce deuxième album livre des morceaux intéressants et respectables, il permet de découvrir une formation mature et de qualité. Malheureusement, il est desservi par une quantité trop importante de titres. Ceux-ci sont propres et attirants mais ils deviennent répétitifs sur la durée. En ayant écourté son contenu, cet ouvrage aurait permis d’être plus digeste, aurait maintenu l’intérêt de l’auditeur sur sa globalité. « Black Devil Lies » permet de découvrir un groupe encore inconnu, il permet de comprendre que l’Australie ne se limite pas au Hard Rock et Heavy Metal. Le pays compte des formations distillant des univers différents, celui de DemonHead est tout autant appréciable.

 

Titres :

01. Against The Grain – 02. Betrayal Avenged – 03. The Ritual – 04. Children Of The Night – 05. Blood Debt – 06. Black Devil Lies – 07. Eyes Of The Insane – 08. Zombocalypse’ – 09. Double Cross The Dead – 10. Face Your Demons – 11. Behind The Mirror (Bonus) – 12. No More (Bonus) – 13. Dopetown (Live – Bonus)