ACOD

Après un chronique dans nos pages, Jérôme (basse) répond à nos questions

 

1 / Peut-on revenir sur les mouvements rencontrés au sein du groupe ?
AcoD s’est séparé de deux membres pour cause de divergence musical et d’intégrité.Le groupe est maintenant un trio ( d’où le symbole du trident, une arme à 3 têtes) qui s’enfonce vers le même univers.
2 / Le processus d’écriture était-il engagé ? A-t-il été nécessaire d’adapter vos compositions de ce faite ?
Le processus d’écriture était engagé c’est justement cela qui en majeur partie a causé ces départs. La composition du coup a continué plus « librement » tout en étant « contrôlée ». Une expérience qui nous a conforté pour le futur. Il n’y a pas eu besoin d’adaptation, nous avions déjà bien façonné avec le noyau.
3 / L’album est doté d’une production parfaite, l’espace sonore est dense et comblé, avez vous opéré à l’enregistrement de plusieurs pistes, en autre pour les guitares ?
Pour l’enregistrement il y a eu juste 2 pistes doublées et une piste lead. Nous avons voulu un son à l’encontre de ce qui se fait aujourd’hui en terme de mix, guitares épurées et basse suremixée pour obtenir un côté « organique ».
4 / Les compositions explorent de nombreux domaines musicaux, cette tendance a-t-elle été conduite par le concept album, ou est-ce l’inverse ?
L’idée de départ était bien de conceptualiser cet album. Pour le coup nous sommes parti sur quelques titres pour s’ajuster et lorsque nous avions trouvé la formule, nous n’avons pas hésité à tout recommencer. La remise en question est importante, je pense que notre erreur du passé était le manque de recul.
5 / Peux tu nous décrire ce concept, quelle est sa thématique ?
La thématique de cet album est un voyage spirituel d’une personne entre la vie et la mort, dans un monde dans lequel elle croise diverses chimères et s’enfonce dans les plus profondes abysses… Ce voyage est assez métaphorique car dans la vie de tous les jours nous pouvons aussi sombrer dans nos abysses, croiser des personnes négatives qui seraient nos chimères… C’est une vision d’une certaine noirceur de l’âme.
6 / Les titres sont ils dissociables, l’album saura-t-il s’intégrer à votre setlist ou prévoyez vous l’interpréter d’un seul bloc ?
Les titres se suivent mais peuvent être évidemment dissociés. Nous aimerions le présenter en totalité, si on nous laisse les 53 min de set pourquoi pas ?
7 / Vos ensembles symphoniques sont ils issus d’un véritable orchestre, avez eu recours à des samples ?
C’est Richard Fixhead (Tamtrum) qui a fait les orchestrations. Il a eu recours à des samples mais aussi à certains instruments.
8 / La pochette de l’album reste énigmatiques et peux s’appréhender de plusieurs manières, qui en est l’auteur ?
L’auteur de la pochette est Paolo Girardi, un excellent artiste italien qui l’a peint à la main. Il a compris avec quelques mots le sens des formes où nous voulions aller. Effectivement elle est plus significative lorsqu’on rentre dedans.
9 / Le centre de celle-ci laisse penser à la présence d’un œil, que surveille-t-il » ?
Disons que c’est plus une profondeur, dans lequel on s’enfonce tout au long de cet album. Les personnages que l’on voit sont ces « dieux » qui vous attirent… toujours plus bas … Au cœur des abîmes.
10 /Comment s’annonce l’actualité à venir pour le groupe ?
L’album est sortie le 24 août. Nous avons été surpris du nombre d’excellents retours! Nous ferons une journée promo sur Paris le 14 septembre, organisée par Replica Promotion. Nous enchaînerons le 15 septembre sur notre release afin de présenter l’album au Sunset sur Aix en Provence. Nous sommes en pourparler de dates avec K production mais rien n’est confirmé à 100%.
11 / Aurez vous recours à un musicien live pour assurer l’interprétation des morceaux ?
Nous avons déjà recours a un guitariste : Romain Aimar, depuis plus d’un an. Le précédent line up n’assurait plus les dates depuis un moment. C’est Matt Hasselberg qui a assuré l’exécution des guitares studios. Il a fait preuve d’un grand professionnalisme. Il se peut qu’il nous rejoigne sur scène pour le futur.
12 / Quelques mots pour inviter les metalleux à découvrir « The Divine Triumph » ?

Ce voyage vous rappellera des tréfonds, peut être vécus. Un mal-être qui vous a attiré vers cet art, un plongeon dans l’ombre où chacun y verra ses propres formes.

 

Merci
Venez découvrir un extrait de cet ouvrage : https://youtu.be/gQu8LQYYKmY