2018-03-14 : AVATAR / HELLZAPOPPIN / OLD KERRY MCKEE

Arrivé en retard dans les murs du Trianon, je ne pourrais pas vous décrire le set de Old Kerry McKee. Et entre directement dans le vif du sujet avec Hellzapoppin est son spectacle décalé mais tellement en accord avec l’esprit régnant autour de Avatar. Durant le spectacle, épaulé de musiques heavy et rock hard, les artistes viennent animer l’instant par des scènes aux allures de fêtes de foraines, de spectacles de foires. Il faut avoir le coeur bien accroché pour supporter certaines séquences. Rien n’est obscène, rien n’est vulgaire, les artistes sont présents pour livrer un spectacle de qualité, nécessitant une préparation et une concentration exemplaires.

Après un moment riche en émotions, passons à la musique avec le venue de Avatar. Honorant le King, ce dernier après une entrée en matière se positionne en haut de la scène, trônant au dessus de la batterie. Fidèle à ses spectacles, le groupe a organisé autour de ce concept une expression scénique réglée et parfaitement menée. Chaque détail est précis, posé au moment attendu mais la perfection des suédois laisse maintenir cette sensation de fraicheur, d’inattendue. Cette maitrise ne pèse guère dans le format du set, bien au contraire. Comme il se doit le show fait la part belle au dernier album du groupe, « Avatar Country » en proposant six titres de l’opus. Le reste de la setlist vient balayer les six autres ouvrages de la formation. L’équilibre est parfait, les transitions sont propres, l’assistance ne ressent pas le changement de période, l’ancienneté de certains titres. Parfaitement préparé, le spectacle est intense et à la hauteur des attentes du public. Le groupe comme de coutume envoie les assauts à grands coups d’intensités rythmiques, à grands coups de riffs incisifs et soli d’équilibristes du son, de l’émotion. Les séquences visuelles sont calculées, sont en adéquation avec l’instant musical mais surtout avec l’esprit festif du monde du cirque à l’ancienne. Avatar évolue dans son époque mais avec un air de funambules, de cracheurs de feu, de jongleurs ou d’acrobates posés sur un trapèze. Le Trianon s’embrase rapidement par cette intensité et densité, le public est conquis dès les premières notes. La production est nette, le son, les vocaux ne souffrent pas et restent audibles sans difficultés. Sans artifices, sans pyrotechnies, juste à la force des instruments et épaulés de lights en harmonie avec l’ensemble, les musiciens livrent un excellent concert. Probablement une référence en matière de jeu de scène.

Avatar démontre que le king est bien sur les planches du Trianon, il semble que ce dernier soit cloné en cinq personnages. Un bel exemple à suivre dans le domaine de l’investissement des musiciens, de la communication du plaisir.

Une soirée organisée par Live Nation et Replica Promotion.

 

HELLZAPOPPIN

AVATAR